dimecres, 13 de novembre de 2013

Le Monde et la défense des libertés

«Quelques lignes de José Antonio Novais dans Le Monde, et un prisonnier politique pouvait être sauvé, une organisation protégée », écrivait le grand quotidien El País à la mort de notre ancien correspondant en Espagne, en mars 1993. Ces lignes d’hommage à l’homme de courage et de persévérance que fut José Antonio Novais saluaient « tout ce que nous devons à Novais - être mentionné dans ses chroniques vous protégeait des tortures». Les années ont passé mais la mémoire demeure, et c’est une belle initiative que de valoriser aujourd’hui le travail de journaliste de José Antonio Novais, infatigable décrypteur et dénonciateur de la machine répressive de Franco. Aussi Le Monde adresse-t-il des remerciements chaleureux aux organisateurs de cette conférence.

José Antonio Novais faisait vivre, dans ses articles, les milieux d’opposition à la dictature. Il révéla, par un entretien retentissant avec l’abbé de Montserrat, que l’Eglise catholique n’était pas un bloc uniformément acquis à l’idéologique du régime. Il résista aux pressions du pouvoir, en particulier celles du ministère de l’information de l’époque, qui ne perdait pas une occasion pour tenter de circonscrire sa volonté d’exposer les mécanismes de l’oppression politique.

Les valeurs portées par José Antonio Novais, celle de la liberté d’informer et de la défense des aspirations démocratiques, s’ancrent bien dans une la tradition que continue d’incarner aujourd’hui Le Monde. De la Chine à la Syrie, notre journal se veut à l’écoute des demandes de liberté. Nos journalistes, correspondants à l’étranger ou envoyés spéciaux, vont au plus près des dissidences, et brisent le mur de silence que les régimes autocratiques s’efforcent de dresser.

C’est la mission d’une presse libre que de porter haut cette vigilance, et cela ne va pas toujours sans risque pour ceux qui vont sur le terrain. Le souvenir de l’engagement de José Antonio Novais est une inspiration pour tous ceux qui savent que la liberté est un combat de tous les jours, sans frontières ni barrières culturelles, et que le journalisme indépendant, fiable et sérieux, constitue une pierre angulaire de la démocratie.

Natalie Nougayrède 
Directrice du Le Monde 

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada